Penser le numérique à Sorbonne-Universités : à chacun ses données ?

Vendredi 10 novembre 2017
Institut Du Management De L’Information (IMI)
62 boulevard Sébastopol, 75003 Paris

Dans le cadre de Sorbonne Universités (SU), l’équipe du projet structurant TRANSNUM organise une journée d’études autour de la question de la « donnée ».

Le projet TRANSNUM, porté par le GRIPIC (Paris-Sorbonne) et le COSTECH (UTC), a pour ambition de fédérer, au sein de Sorbonne-Universités, les chercheurs et les initiatives analysant ou exploitant les transformations liées au développement du numérique. Loin de n’envisager ces transformations que d’un point de vue technique, il importe d’en analyser les enjeux épistémologiques, sociaux, politiques ou encore économiques. Pour ce faire, l’équipe de TRANSNUM est organisée en trois axes thématiques (numérique et savoirs ; numérique, médias et citoyenneté ; numérique, travail et économie) et un axe transversal (penser le numérique). L’objectif est donc double : d’un côté, participer aux réflexions contemporaines sur le numérique; de l’autre, comprendre comment ces technologies traversent et transforment les pratiques de recherche à Sorbonne-Universités.

Dans ce cadre, nous organisons une journée d’étude qui concilie ces deux objectifs. Il s’agit de rendre compte des travaux entamés par les différentes équipes de TRANSNUM, mais il s’agit surtout d’inviter les chercheurs de Sorbonne-Universités à parler de leurs rapports au numérique, afin d’enrichir la réflexion autour du numérique à Sorbonne- Universités.

Pour cela, il faut un thème qui puisse fédérer tous les laboratoires de SU, malgré la diversité des disciplines et des projets. Nous avons donc choisi de nous intéresser aux données. La donnée est un élément essentiel des technologies numériques. Sans donnée, pas de calcul possible… La ou les données sont en quelque sorte le plus petit dénominateur commun entre les multiples façons dont le numérique modèle nos pratiques, y compris nos pratiques de recherche. De plus, le développement récent des données massives induit de nouvelles problématiques. Il ne s’agit plus seulement de simuler informatiquement des phénomènes (qu’on va alors pouvoir étudier en les convertissant en données computables) mais il s’agit bien d’explorer le réel à travers les données récupérées en grand nombre.

Nous voulons donc interroger ce statut des données dans les recherches menées à Sorbonne-Universités : comment les différents chercheur.e.s engagé.e.s dans un projet de recherche construisent, mobilisent, utilisent, définissent (ou pas) ce qu’est une donnée ? Quels moyens sont mis en œuvre pour la produire, la traiter, la visualiser ? Si la production de données traverse toutes nos pratiques de recherche, comment est-elle conçue, définie, pratiquée selon les projets, les disciplines et sensibilités ?

Il s’agit de tirer parti de l’immense richesse et diversité des laboratoires de Sorbonne Universités pour poser les conditions d’un dialogue autour d’un objet largement partagé, pas forcément interrogé, mais présent dans tout projet de recherche impliquant le numérique. Sans limiter la donnée au calcul, nous souhaitons en interroger les multiples usages et construction selon les projets et traditions disciplinaires dans lesquelles elle est mobilisée.

La journée sera organisée autour de deux types d’interventions : celles de différents chercheurs de Sorbonne-Universités, affiliés à différentes disciplines, mais convoquant tous dans leurs travaux des données numériques ; celles des membres du projet TRANSNUM qui présenteront ainsi l’état de leurs recherches.

Programme

  • 9:15 Accueil
  • 9:45 (Ré)concilier calcul et données. Pascal Frey, Institut des Sciences du Calcul et des Données
  • 10:35 Autour du projet «Ontologie du christianisme médiéval en images ». Sébastien Biay, INHA. 
  • 11:30 Présentation des travaux de l’axe 1 « Numérique et savoir »
  • 13:30 Présentation des travaux de l’axe 2, « Numérique, médias et citoyenneté »
  • 14:05 Autour du projet « E-recolnat » et « Les Herbonautes ». Eva Perez Pimparé, MNHN
  • 14:50 Présentation des travaux de l’axe 3 « Numérique, travail et économie »
     
  • 15:35 Autour du projet « interpréter la musique acousmatique : enregistrement, analyse, visualisation ». Pierre Couprie et Nathanaëlle Raboisson, Collegium Musicae
  • 16:20 Présentation des travaux de l’axe 0 : « Penser le numérique »