Approches contemporaines de la notation musicale

Conférence « Approches contemporaines de la notation musicale » dans le cadre du séminaire L’Autre Musique#5 : Partitions (séance Former-Transformer) au Cube-Centre de création numérique, Issy-les-Moulineaux, le 21 décembre 2017 à 14h30.

La partition est cet espace poïétique où s’envisage la matérialisation de l’œuvre à venir. Dans les formes variées qu’elle peut prendre (textuelle, dessinée, écrite…), la partition est un espace intermédial et intersémiotique par excellence – le lieu du métissage et de la transformation où signes, matières, images sont soumis à des manipulations, redéfinitions… Bref, la partition est le lieu d’une plasticité (Malabout, Debono) qui pourrait permettre d’interroger la partition non pas comme diagramme, mais comme rediagrammatisation, c’est-à-dire une remise sur le chantier des signes.

Renseignements : http://lecube.com/evenements/partitions

Inscriptions : https://www.weezevent.com/partitions-l-autre-musique-5

Résumé

Depuis la stabilisation de la notation musicale moderne à la toute fin du XVIe siècle, les compositeurs n’ont eu de cesse de la faire évoluer ou de trouver des solutions aux problèmes posés par l’évolution de la lutherie ou l’expérimentation sonore. Après les incursions dans le domaine du graphisme ou de la notation gestuelle à partir des années 1950, un nouveau courant semble émerger depuis la fin des années 1990. Les compositeurs utilisent désormais l’informatique pour créer des partitions animées, interactives, algorithmiques, codées en direct, tangibles ou situationnelles. Toutes ces pratiques ont un point commun, elles inventent une notation intrinsèquement liée à une pratique artistique particulière. Si ces nouvelles formes de notation révèlent une très grande liberté quant aux symboles et aux supports qu’elles utilisent, elles s’ancrent fortement dans l’éphémère, rendant ainsi difficile, voire impossible, l’archivage et la conservation.